Ong des Villageois de Ndem

L’éducation

Ecole primaire et la maternelle

Grâce au soutien de plusieurs partenariats étrangers (l’association coopération coup de main en Suisse, l’école Montessori de Munich, l’association Jatur suisse), l’éducation nationale sénégalaise et la Banque Mondiale, 6 classes et une case des touts petits ont été construites. Une bibliothèque a aussi été mise en place avec des livres et des table-bancs. Ses livres ont été fournis par l’association Espérance Casamance.
Les premières années, les cours ont été assurés par des bénévoles qui enseignaient pour moitié en arabe et pour moitié en français. Face à la réussite et au taux de fréquentation de l’école, l’État a progressivement affecté des instituteurs, aujourd’hui au nombre de 8, plus 3 pour la maternelle.

En 2018/2019, pour l’école primaire l’association « Solidarité Ndem France » a permis la réfection des salles de classe et sanitaires (carrelage, peinture, électricité, adduction d’eau élargie) en collaboration avec le conseil départemental des Yvelines.

En 2021 a Mbacké kadior, Un espace en briques de latérite rouge a été construit à Nguiguiss Bamba pour les enfants du daara grâce à Formacion Sénégal. Entièrement équipé (tableaux, bureaux, chaises, etc.), ce bâtiment leur permet de suivre leur scolarité dans de très bonnes conditions. Ceci est une première étape en attendant la réalisation de l’espace éducatif Maam Mor Anta Sali.

Le collège

Après la maternelle et l’école primaire, le ministère de l’éducation a pu, en 2009, envoyer des professeurs dans des locaux provisoires mis à disposition par l’ONG de Ndem afin d’ouvrir des classes de collège. Ceci permettant aux élèves de poursuivre leurs études sans devoir se rendre à Bambey (frais de logement, conditions de vie et d’éloignement difficiles).
Grâce à la communauté rurale de Ngogom et l’ONG, le collège a construit 2 classes, des sanitaires et un bureau. Il reste encore à réaliser une clôture d’enceinte des locaux en dehors de l’école primaire.
Les élèves du collège, venant parfois de fort loin, bénéficient également de la cantine scolaire, moyennant une participation en nature des parents.
 
En 2017/2018, Solidarité Ndem France, accompagné de l’agence des microprojets et du conseil départemental des Yvelines, a aidé à construire un mur de clôture intégrant un espace dédié à l’agro-écologie ainsi qu’une salle de classe, un bureau de direction, un préau « mbar » et sanitaires en 2017/2018
En conclusion, depuis la création des premiers bâtiments, les effectifs d’élèves ne font qu’augmenter, et s’élèvent à 350 pour le primaire, 60 pour le collège, 64 pour la maternelle, provenant d’une dizaine de villages environnants.
Malheureusement, vu les classes supplémentaires et le besoin en cases pouvant accueillir tous les enseignants du primaire et du secondaire (ceux-ci venant de l’extérieur, il faut pouvoir les loger, leur offrir un repas et une salle d’eau), le nombre de locaux disponibles est aujourd’hui insuffisant.
Il existe actuellement seulement 4 cases à cet effet.

Les cantines

Dû à l’éloignement des élèves, (qui habitent parfois jusqu’à 4 km de l’école), une cantine scolaire fut mise en place grâce au soutien de la commune de Meyrin Suisse; puis fut soutenue au fil des ans par l’association Solidarité Ndem Genève, l’association Caedas et l’association belge With Them.
Cette cantine est actuellement soutenue par l’association ‘Solidarité Ndem France’ en partenariat avec le lycée de Plaisir (en région parisienne) et par les bénéfices de la vente de cartes postales.
La cantine scolaire est prise en charge par Solidarité Ndem France depuis 2017 les parents d’élèves font également une contribution symbolique.
la cantine scolaire accueillant les enfants des villages les plus éloignés (jusqu’à 3km parcourus à pieds) a été financé depuis 8 ans par SNF, avec une participation symbolique des parents d’élèves.
Un projet cantine est en cours de réalisation pour 2022 avec le soutien de la fondation Bel et Solidarité Ndem France pour le colège de Ndem.

Les écoles supérieurs

Formarse para Quedarse (littéralement traduit « Former pour rester ») est une initiative de Formación Sénégal et Solidarité Ndem France qui vise à financer les études supérieures de jeunes préalablement sélectionnés, qui, à l’avenir, mettront une partie de leurs compétences au service des projets de l’ONG des villageois de Ndem.

Les études qu’ils entreprennent comprennent : la médecine, l’horticulture, l’agroalimentaire, les soins infirmiers, la gestion informatique, webmaster, transport et logistique, comptabilité et finance, l’électromécanique et l’ingénierie agronome. Ces jeunes sont en collaboration avec le collectif Eco-Jeunes Solidaires.

En novembre 2021, un programme a été organisé par nos partenaires NBF Sénégal pour former deux jeunes sur la structure des coopératives agricoles au Japon. Au cours de la formation, qui a duré environ trois semaines, les stagiaires ont reçu des informations sur le système, l’histoire et la structure organisationnelle des coopératives agricoles au Japon, ainsi que sur les centres de collecte gérés par les coopératives et le système d’assurance. Le but est désormais que les deux jeunes formés puissent raconter et expliquer leurs expériences au Japon et les possibilités d’appliquer au Sénégal ce qu’ils ont pu apprendre grâce à ce partenariat.

Enfin, nous avons pu acquérir grâce à notre partenaire Heifer deux motos permettant de faire la navette pour les élèves de Mbacké Kadior allant au collège de Darou Marnane (situé entre 3 et 4 kilomètres de Nguiguiss Bamba).

Sensibilisation environnemental et citoyenne

Les actions menées par le collectif Eco-Jeunes Solidaires (EJS) ont été fortement perturbées par la crise Covid-19 (fermetures des écoles, interdiction de réunir de grands groupes, pas de visites extra-scolaires). Après plus de 6 mois d’arrêt, le collectif a organisé une réunion de restructuration de ses objectifs et activités (Novembre 2020), à partir d’un diagnostic organisationnel.

9 actions de sensibilisation ont par la suite été menées auprès de jeunes élèves et étudiant·es entre décembre 2020 et Octobre 2021. Ces actions d’une journée ont permis de sensibiliser :

  • 250 élèves de l’école primaire de Ndem à la préservation de la faune et la flore 50 élèves du collège de Ndem aux dangers des déchets plastiques et la préservation de la faune et la flore ;
  • 150 élèves du collège de Darou Marnane aux pratiques arboricoles et aux enjeux de la souveraineté alimentaire, parmi lesquels 15 élèves moteur·ices des classes de 4e et 3e ont participé en octobre 2021 à une journée spécifique de formation à l’animation afin de créer une cellule Eco-Jeune indépendante dans leur collège.
  • 15 étudiant·es de Dakar (bénéficiaires du programme Formarse para Quedarse, présumé·es futur·es éducateur·ices du collectif, à l’animation et la pédagogie ainsi que sur l’engagement citoyen et environnemental.

Un week-end de formation à la pédagogie et l’animation a également été organisé à Mbacké Kadior en Juin 2021 pour 15 éducateur·ices d’Eco-Jeunes Solidaires : bilan des activités menées au cours de l’année, planification des activités de la prochaine rentrée scolaire (thématiques, formats d’activités, répartitions des rôles), jeux-débats autour de l’agroécologie. Les formations ont été réalisées par une formatrice expérimentée dans l’animation autour de ces thématiques, accompagnée par une jeune entrepreneuse sociale de l’agroécologie.

Chinese (Simplified)EnglishFrenchGermanItalianSpanish